< Retour à tignes.net Le Mag'
Tout ce que vous n'avez jamais osé demander sur la sécurisation du domaine skiable

Tout ce que vous n'avez jamais osé demander sur la sécurisation du domaine skiable

Vous connaissiez leur mission de secouriste… mais saviez-vous que l’ensemble des 58 pisteurs de la station sont également en charge de la sécurisation du domaine de Tignes ? Olivier Ducastel, directeur de la Régie des Pistes, nous en dit plus sur le pourquoi du comment de ces explosions que vous entendez résonner tôt le matin…

En quoi consistent les opérations de sécurisation ?

Il s’agit de déclencher préventivement des avalanches par le biais de charges explosives sur des zones historiquement répertoriées comme étant à risques. Dans le jargon, on parle de PIDA : Plan d’Intervention de Déclenchement des Avalanches.

Ainsi, rien que sur le domaine de Tignes, 150 points de tir sont répertoriés au PIDA.

 

  

Carte de gauche : Répertorie les avalanches 

Carte de droite : Plan d'intervention pour le Déclenchement des Avalanches

Quels sont les espaces protégés par les opérations de sécurisation de la Régie des Pistes ?

Comme son nom l’indique, la Régie des Pistes se charge de sécuriser… les pistes ! Mais son cadre d’intervention est en réalité bien plus large.

Ainsi, les pisteurs sont responsables de la sécurité des hommes au travail sur le domaine skiable (dameurs, techniciens des remontées mécaniques etc.), mais aussi des routes et habitations situées en contrebas des pentes qui peuvent potentiellement présenter un danger.

J’en profite pour rappeler que les secteurs hors-pistes ne sont, par définition, jamais sécurisés. Prudence, donc !

Comment se décide le plan d’intervention ?

Nous nous aidons de trois sources d’informations principales pour nous aider dans notre prise de décision :

  • Le bulletin nivo-météo de Météo France à Bourg-Saint-Maurice : prévision des chutes de neige, de la température, du vent…
  • Le Bulletin d’Estimation du Risque d’Avalanche (ou « BERA ») du massif de Haute Tarentaise / Vanoise / Beaufortin / Bauges : il nous indique le niveau de risque d’avalanche (du niveau le plus bas, 1/5, au niveau le plus élevé, 5/5) selon les expositions (nord, sud, est, ouest)
  • Les observations des chefs de secteur sur le terrain tout au long de la journée.

Nous décidons de l’opération à mener le lendemain chaque jour avant 16h.

Dans le cas particulier (et heureusement assez rare) où le risque d’avalanche est très marqué, une commission de sécurité se réunit. Elle rassemble le Maire de la commune, la Régie des Pistes, les remontées mécaniques ainsi que des techniciens (guides, moniteurs…). En fonction des observations et recommandations de chacun, un plan d’action peut alors être activé (fermeture de routes ? Mesures de confinement ? Mise en place d’un hébergement d’urgence ?).

 

 

Quels sont les moyens à disposition de la Régie des Pistes de Tignes ?

Nous utilisons plusieurs systèmes de sécurisation :

  • Du grenadage à main, qui reste le moyen le plus précis de déclencher préventivement des avalanches.
  • Des CATEX, qui consistent en un câble qui permet d’acheminer des charges explosives jusqu’aux points répertoriés au PIDA. Nous en avons deux à Tignes : au-dessus de la route entre le Lac et Tignes 1800 et au-dessus de la piste Mélèzes, qui descend aux Brévières.
  • Une quarantaine de GAZEX, qui permettent de déclencher à distance des charges explosives situées dans un coffre. Leur gros avantage, c’est qu’ils permettent de sécuriser des secteurs difficiles d’accès (et donc de ne pas mettre des hommes en danger). Il est même possible de les déclencher la nuit afin d’assurer la sécurité des dameurs qui sillonnent le domaine.
  • Deux avalancheurs, qu’on pourrait comparer à des canons permettant de lancer des flèches qui explosent à l’impact (peu fiables en cas de vent fort, évidemment).
  • Enfin, l’hélicoptère permet d’accéder à des points de tir spécifiques, difficilement accessibles, dangereux ou excentrés. Bien entendu, une bonne visibilité est indispensable pour voler…

À QUEL MOMENT ONT LIEU LES OPÉRATIONS DE SÉCURISATION ?

Vous ne risquez pas de les manquer : les explosions, toujours impressionnantes, sont plutôt sonores ! Surtout lorsque les tirs ont lieu dans des secteurs à forte résonnance.

Il est possible de déclencher les CATEX et GAZEX dès 4h ou 5h du matin.

En revanche, il faut attendre les premières lueurs du jour, vers 7h, pour commencer les premiers tirs à la main. La sécurité du personnel est bien sûr notre priorité : si la visibilité n’est pas suffisante, nous pouvons être amenés à retarder le déploiement des équipes.

Attention : si les conditions évoluent au cours de la journée (en cas de grosses chutes de neige ou de grosse variation de température par exemple), il peut être nécessaire de sécuriser à nouveau certains secteurs. Ce qui explique pourquoi une piste peut très bien être ouverte le matin, puis refermée quelques heures plus tard. Ne vous y aventurez pas ! Une piste n’est jamais fermée par hasard…

À noter : contrairement à ce qu’on pourrait penser, il est malheureusement impossible de sécuriser le domaine la veille pour le lendemain, même quand la nuit est claire. En effet, le vent peut déplacer énormément de neige en quelques heures, et donc créer de nouvelles plaques à vent… qu’il faudrait à nouveau sécuriser le lendemain matin !

 

Combien de temps durent les opérations de sécurisation ?

Cela dépend vraiment des conditions météorologiques : est-ce que la visibilité est bonne ? Est-ce que l’accès aux points de tir est facile, ou au contraire compliqué par de grosses chutes de neige ? Est-ce qu’il est nécessaire, ou pas, de déclencher l’ensemble des points de tir ? Sans compter l’indispensable remise en état des pistes (ou le dégagement de la route) après le déclenchement préventif des avalanches.

Bref : nous faisons tout notre possible pour être prêts « à l’heure », mais il arrive que ce ne soit pas possible quand les conditions sont exceptionnelles. Nous sommes responsables de la sécurité des skieurs, et quand vous avez une telle responsabilité sur les épaules, vous préférez retarder l’ouverture d’une piste plutôt que de risquer l’accident.

 

Dans quel ordre se déroulent les opérations ?

L’ensemble des pisteurs se déploient en même temps par équipes de deux sur les quatre secteurs (Tovière, Grande Motte, Palet, Aiguille Percée) selon un plan bien défini. Certains secteurs prennent plus de temps que d’autres à sécuriser selon leur configuration (marche d’approche plus ou moins longue par exemple).

À noter que, en règle générale, l’ensemble des secteurs est sécurisé chaque jour (sauf exception : il arrive, au printemps, que seul le secteur de Grande Motte nécessite d’être sécurisé par exemple).

 

 

Un mot sur la sécurisation de la route ?

Il ne s’agit pas d’une opération neutre, car cela implique de fermer la route. Nous essayons, dans la mesure du possible, de limiter les perturbations de circulation en sécurisant la route entre le Lac et Tignes 1800 soit tard le soir (vers 22h) soit tôt le matin (vers 4h).

En revanche, la sécurisation de la route en aval du tunnel des Brévières (sous les pentes dites de « la Davie ») est bien plus complexe à mettre en place. Elle ne peut se faire que de jour puisque les tirs se font depuis un hélicoptère. C’est un secteur que nous surveillons quotidiennement grâce à des balises, mais aussi tout simplement avec… une longue-vue ! Et bien sûr, nous tenons compte des recommandations de l’expert nivologue du conseil départemental, Alain Duclos).

 

 

Quelques conseils à donner aux skieurs ?

S’il ne fallait en retenir que deux :

  1. Respectez la signalétique : une piste n’est jamais fermée par hasard.
  2. Pour les skieurs de randonnée, qui par essence ne prennent pas les remontées mécaniques (et donc ne voient pas forcément les banderoles qui indiquent en haut des pistes si elles sont ouvertes ou fermées) : pensez bien à vérifier au pied de la remontée si une opération de sécurisation est en cours sur le secteur. Et dans le doute, posez la question aux pisteurs avant de vous élancer.

 

 

Vous voulez devenir pisteur ?

Passionné de ski et de montagne

Diplôme avec recyclage tous les ans (secourisme et artificier)

Spécialisations : Cf. maîtres-chiens

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. Pour en savoir plus et modifier ces paramètres. cliquez ici

Fermer